L’obésité est une maladie chronique qui peut engendrer des problèmes au quotidien, mais qui peut aussi avoir des conséquences néfastes sur la santé. En effet, il peut provoquer d’autres pathologies comme le diabète, l’hypertension, l’hypercholestérolémie et le syndrome d’apnée du sommeil.

17% des adultes en France sont en surpoids, 49% sont en surpoids. Si la prévalence du surpoids reste stable, autour de 30 %, celle de l’obésité a augmenté rapidement ces dernières années. Par exemple, il est passé de 8,5 % en 1997 à 15 % en 2012 et 17 % en 2020.

Plusieurs options thérapeutiques existent pour traiter l’obésité, dont la chirurgie bariatrique.

Qu’est-ce que la chirurgie bariatrique ?

La Haute Autorité de Santé Publique a récemment publié un guide du parcours de soins pour les adultes en surpoids et obèses, à l’occasion de la Journée mondiale de l’obésité du 4 mars.

Un des chapitres est consacré à la chirurgie bariatrique. Aussi appelée chirurgie de l’obésité, elle « modifie l’anatomie du système digestif ». C’est un outil mécanique et métabolique qui permet de réduire la quantité de nourriture consommée (principe de restriction) et/ou l’absorption des aliments par l’organisme (principe de malabsorption)”.

Qui peut bénéficier de la chirurgie bariatrique ?

La chirurgie bariatrique n’est pas toujours possible. Pour que cela soit possible, trois critères doivent être remplis :

  • Souffrir d’obésité massive (IMC ≥ 40 kg/m²) ou d’obésité sévère (IMC ≥ 35 kg/m²) lorsqu’elle s’accompagne d’au moins une complication pouvant être améliorée par la chirurgie (diabète, hypertension, syndrome du diabète, apnée du sommeil, troubles articulaires, etc.);
  • Avoir déjà tenté sans succès de perdre du poids grâce à un traitement médical spécialisé de plusieurs mois avec suivi nutritionnel, activité physique et prise en charge psychologique ;
  • Il n’y a pas de contre-indications aux opérations (par exemple : dépendance à l’alcool) et à l’anesthésie générale.

Ainsi, dans son rapport, la HAS souligne que « la chirurgie bariatrique est une option thérapeutique envisagée lorsqu’un projet de soins et d’accompagnement personnalisé est mis en œuvre pendant 6 à 12 mois par des professionnels avec l’accompagnement et la participation de la personne traitée. sans bénéfices suffisants pour leur santé globale.

Il ne peut donc pas être proposé immédiatement au patient.

À qui dois-je m’adresser pour une chirurgie bariatrique ?

Vous devez contacter au préalable votre médecin ou un médecin spécialisé dans l’obésité. Le patient est alors orienté vers une équipe multidisciplinaire, qui pourra déterminer si l’opération est possible.

Si tel est le cas, une phase de préparation débute et à l’issue de cette phase l’équipe multidisciplinaire rendra son avis final.

Combien de temps dure la préparation avant l’intervention ?

« Sa durée est d’au moins 6 mois à compter de la planification de la préparation personnalisée à la chirurgie bariatrique et sous réserve que les objectifs de la préparation soient atteints », poursuit la HAS.

Cependant, une préparation plus longue est souvent nécessaire pour bien comprendre les problèmes de l’opération, acquérir les compétences nécessaires après une chirurgie bariatrique (auto-soins), traiter d’autres pathologies, éliminer les contre-indications, etc.

Quelles sont les techniques de chirurgie bariatrique ?

Les techniques restrictives consistent à réduire la taille de l’estomac du patient, notamment par un anneau gastrique ou une gastrectomie (pratique dans laquelle une partie de l’estomac est retirée).

Une autre technique, mixte (restrictive et malabsorbante), est le bypass gastrique. Selon le centre spécialisé de l’obésité de Marseille, « cela permet de réduire à la fois la quantité de nourriture ingérée (la taille de l’estomac est réduite à un petit sac) et l’absorption de ces aliments par l’organisme. , à cause d’un court-circuit. d’une partie de l’estomac et des intestins. La nourriture passe directement au milieu de l’intestin grêle et est donc absorbée en plus petites quantités.

Et après l’opération ?

Durant son voyage, le patient doit être bien informé que la chirurgie seule ne suffit pas. « La chirurgie bariatrique n’est qu’une étape dans la prise en charge des patients », explique le Dr. Séverine Ledoux, spécialiste du surpoids et de l’obésité, l’exprime dans une vidéo mise en ligne par l’APHP.

Elle souligne que l’obésité est multifactorielle et que ces facteurs varient d’un patient à l’autre. « La chirurgie n’agira que sur un des déterminants de l’obésité, à savoir le volume alimentaire. Le patient devra travailler sur les déterminants, c’est-à-dire les troubles du comportement alimentaire, l’activité physique, le stress, le sommeil, etc. », poursuit le spécialiste.

En plus de ces nouvelles habitudes à adopter, des problèmes psychologiques peuvent survenir liés au changement de l’image corporelle et des relations avec les autres. Une aide psychologique est proposée aux patients pour surmonter ces problèmes.

medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *