Pourquoi ne puis-je pas perdre du poids ?

Bon sommeil, activité physique régulière, alimentation saine… Vous avez l’impression de faire tout ce qu’il faut pour perdre du poids, mais malgré tous vos efforts, le chiffre sur la balance ne diminue pas. La première chose à considérer ? Le chiffre sur la balance n’est pas un bon indicateur de perte de poids !

Par exemple, lorsque vous faites du sport, vous développez des muscles et ces derniers pèse toujours plus que la graisse. Vous obtiendrez ainsi une silhouette plus affinée et tonique, mais votre poids augmentera. Il est donc préférable de se fier au reflet que vous voyez dans le miroir ou à ce que vous ressentez dans votre corps. Mais si on a quand même l’impression de stagner, estime Jessica Peyrou, diététicienne plus connue sous le pseudonyme de jessdiet.nutrition sur Instagram révèle les obstacles que vous êtes sûr de rencontrer.

  • Résistance à l’insuline

La résistance à l’insuline en est une un vrai cercle vicieux qui peut être causée par une mauvaise alimentation, un manque d’activité physique, mais aussi par l’âge ou certaines prédispositions génétiques. On se sent fatigué, donc on a faim, on mange et on produit de l’insuline, mais les cellules y résistent, ce qui provoque un excès de sucre dans le sang. Le sucre est ensuite stocké sous forme de graisse. Cela provoque de la fatigue, de la soif, des mictions fréquentes ou encore des infections cutanées.

Qu’il s’agisse de iode, fer ou oméga 3Des carences peuvent gêner votre perte de poids. En effet, nous nous sentons plus fatigués et donc plus d’envie de manger et moins de motivation. C’est également possible créer un environnement pro-inflammatoire ce qui n’est donc pas propice à la perte de poids.

Comme mentionné ci-dessus, une zone d’inflammation n’est vraiment pas bonne si l’on veut perdre du poids. Un autre cercle vicieux, plus l’inflammation est chronique, plus le stress métabolique augmente avec une augmentation du cortisol (l’hormone du stress). Cette dernière augmente alors la graisse du ventre…

  • Un déficit en sérotonine

La sérotonine, l’hormone du bonheur, joue un rôle à cet égard. rôle dans notre perte de poids. Selon les experts, lorsque nous sommes en carence, nous avons souvent faim vers 17 ou 18 heures. A noter également qu’un bon taux de sérotonine est le précurseur de la mélatonine, ou l’hormone du sommeil. Et nous savons que le sommeil joue un rôle clé dans notre bien-être physique et mental, ainsi que lorsque nous essayons de perdre du poids. Plus nous sommes fatigués, plus la ghréline (l’hormone qui stimule l’appétit) augmente. Tout comme plus on est fatigué, plus la leptine (l’hormone qui réduit l’appétit) diminue.

On retrouve ainsi un autre cercle vicieux : moins on est heureux, plus on est fatigué, plus on a faim et moins on ressent la sensation de satiété… Il est donc important de privilégier une bonne santé mentale pour une perte de poids durable et efficace !



medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *