Le Canada a l’un des taux les plus élevés de syndrome du côlon irritable, avec environ 5 millions de Canadiens qui en souffrent. On estime que seulement 40 % des personnes qui en souffrent consultent un professionnel de santé, les autres tentent de soulager leurs symptômes en modifiant leurs habitudes alimentaires. Le point sur ce syndrome qui affecte considérablement la qualité de vie.

Symptômes

Le syndrome du côlon irritable (SCI) touche davantage les femmes que les hommes. Elle comprend plusieurs symptômes, dont des douleurs abdominales, des crampes, des ballonnements et un excès de gaz. Il existe différents sous-types de SCI : avec constipation prédominante (IBS-C), avec diarrhée prédominante (IBS-D) ou mixte (avec alternance de diarrhée et de constipation : IBS-M)1. Bien que gênant, ce syndrome est bénin et n’augmente pas le risque de cancer du côlon.

1 La consistance des selles est évaluée à l’aide de l’échelle de Bristol. Il existe 7 types de consistance : les selles de type 1 et 2 sont associées à la constipation, les types 6 et 7 sont associées à la diarrhée.

Échelle de Bristol

  • Type 1 – Dur, brisé en morceaux, comme des noix.
  • Type 2 – En forme de saucisse, mais grumeleuse.
  • Type 3 – Comme une saucisse, mais avec des fissures en surface.
  • Type 4 – Comme une saucisse ou un serpent, mais lisse et moelleux.
  • Type 5 – Zones molles avec des bords bien définis.
  • Type 6 – Morceaux déchiquetés, regroupés en un matériau pâteux.
  • Type 7 – Fade, humide, sans morceaux solides. Complètement liquide
Déclencheurs

Il n’existe aucun facteur de risque connu pour le SCI, mais il est courant que le syndrome se développe à la suite d’une intoxication alimentaire, de l’utilisation d’antibiotiques, de fluctuations hormonales ou même de la diarrhée du voyageur. Le stress et l’anxiété peuvent aggraver les symptômes.

Diagnostique

Pour poser un diagnostic, il faut exclure les intolérances alimentaires telles que le lactose et le gluten (maladie coeliaque) et les maladies inflammatoires de l’intestin (colite ulcéreuse et maladie de Crohn).

Thérapie

Bien que votre médecin puisse vous prescrire certains médicaments (spasmodiques, antidépresseurs, antidiarrhéiques, laxatifs, analgésiques) selon le type de SCI, les changements alimentaires sont les plus importants pour soulager les symptômes.

Premièrement, on peut limiter les composants alimentaires qui irritent l’intestin :

  • Caféine
  • L’alcool
  • Boissons gazeuses
  • Aliments riches en matières grasses
  • Nourriture épicée
  • Sorbitol et autres alcools de sucre

Si les changements ci-dessus ne suffisent pas, le régime FODMAP est idéal.

Le régime pauvre en FODMAP

C’est le régime recommandé pour traiter le SCI. Limiter la consommation de certains glucides qui fermentent dans l’intestin (oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols) réduit considérablement les symptômes. La surveillance se déroule en trois phases : la phase d’élimination, la phase de réintroduction et la phase de maintien. Au total, 75 % des personnes atteintes du SCI voient leurs symptômes s’améliorer grâce à cette approche.

Les FODMAP se retrouvent dans une grande variété d’aliments : fruits, légumes, légumineuses, produits laitiers et produits céréaliers. Chaque personne a son propre seuil de tolérance, d’où l’importance de personnaliser l’approche.

Cette approche étant complexe, vous avez tout intérêt à demander conseil à un nutritionniste. L’Université Monash en Australie, pionnière dans la recherche nutritionnelle sur le SCI, propose plusieurs ressources pour mettre en pratique cette approche nutritionnelle (www.monashfodmap.com). Il existe notamment une liste de nutritionnistes enseignant l’approche FODMAP au Québec.

Une application (disponible en français) permet de trouver les aliments les plus pauvres en FODMAP dans toutes les catégories alimentaires. Il existe également plusieurs recettes qui respectent les principes de l’alimentation.

Si le gluten (une protéine) est souvent pointé du doigt, ce sont principalement les fructanes (un type de glucide) contenus dans le blé, le seigle et l’orge qui posent problème. Les céréales comme l’avoine, le maïs, le riz, le millet, le quinoa, le sarrasin et le teff sont bien mieux tolérées. Quant aux fruits, puisque le fructose peut provoquer des symptômes, les fruits comme l’ananas, le kiwi, la mandarine et l’orange sont préférables.

Fibres

Il existe deux types de fibres : insolubles et solubles. Bien que les premiers soient généralement moins tolérés, les seconds peuvent soulager certains symptômes. On les trouve principalement dans l’avoine et le psyllium.

L’importance du journal alimentaire

Tenir un journal dans lequel vous notez tout ce que vous mangez et buvez dans une journée tout en notant vos symptômes (douleur, ballonnements, fréquence et consistance des selles, etc.) peut vous aider à cibler les aliments à problèmes. Limiter une consommation excessive de nourriture n’est pas souhaitable car cela nuit à la variété alimentaire, gage de santé.

Il est également important de maintenir une routine alimentaire, sans sauter de repas. Les stratégies de gestion du stress auront également un effet significatif sur le soulagement des symptômes.

Suppléments

Les personnes souffrant du SCI présentent un déséquilibre du microbiote (dysbiose) et une faible diversité microbienne. Les probiotiques pourraient donc optimiser la flore intestinale. Le Guide clinique des produits probiotiques vendus au Canada (https://aeprobio.com/wp-content/uploads/2023/01/2023_ProbioticGuide_CanFr.pdf) recommande un certain nombre de probiotiques pour le soulagement du SCI, notamment Align® et TuZen®.

L’huile de menthe poivrée en capsules peut réduire les troubles intestinaux et les gonflements abdominaux. Il est toutefois à éviter chez les personnes souffrant de reflux gastro-œsophagien.



Intestin irritable

Photo Adobe Stock

En savoir plus :

La solution FODMAP : en finir avec les maux de ventre

Cinzia Cuneo

Les Editions du Journal

Découvrez d’autres astuces sur mon blog : www.isabellehuot.com



medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *