La neuropathie optique ischémique antérieure non artéritique (NOIAN), une affection caractérisée par une détérioration de l’acuité visuelle et/ou une perte du champ visuel, peut conduire à la cécité chez les patients diabétiques, en particulier les personnes âgées.

Un risque quatre fois plus élevé de neuropathie optique ischémique antérieure non artéritique (NOIAN) avec l’utilisation du sémaglutide

L’étude La cohorte a suivi pendant 6 ans 16 827 participants qui avaient reçu une prescription de sémaglutide ou d’un autre médicament antidiabétique (autre que le « GLP-1 »). Ces patients atteints de diabète de type 2 ou de surpoids/obésité ont été divisés en 2 groupes « sémaglutide » ou autres groupes ADO et appariés selon le sexe, l’âge, l’hypertension, la gravité du diabète, l’AOS, l’obésité, l’hyperlipidémie et la maladie coronarienne.

  • Sur les 16 827 patients, 710 souffraient de diabète de type 2, 194 prenaient du sémaglutide et 516 prenaient un agent antidiabétique non GLP-1 ;
  • 979 étaient en surpoids ou obèses, 361 utilisaient du sémaglutide et 618 un autre médicament non GLP-1 pour perdre du poids ;
  • Il y a eu 17 cas de NOIANA chez les patients recevant du sémaglutide contre 6 dans le groupe des autres médicaments non GLP-1 ;
  • le risque de NOIANA semble donc plus élevé chez les patients recevant du sémaglutide et même quadruplé ;
  • l’incidence cumulée de NAION dans le groupe sémaglutide versus non-GLP-1 sur 36 mois est estimée à 6,7 % contre 0,8 %, respectivement.

En conclusion, l’étude confirme une association entre le sémaglutide et la neuropathie optique ischémique antérieure non artérielle. cependant, les recherches futures devront confirmer la relation de cause à effet et clarifier les processus médicamenteux sous-jacents qui conduisent à la maladie.

medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *