Mercredi 14 février, un premier cas de dengue impliquant un habitant de Rangiroa a été officiellement confirmé. Mais c’est aussi le quatorzième cas autochtone depuis novembre, et le premier en dehors des îles du Vent.


Un premier cas de dengue a été confirmé mercredi à Rangiroa. Et le quatorzième cas autochtone recensé en Polynésie depuis novembre.

De quoi alerter les autorités sanitaires qui rappellent «Les principaux symptômes de la dengue, qui peuvent survenir 3 à 14 jours après une piqûre, sont : de la fièvre, des douleurs musculaires et des nausées. Il est recommandé de consulter un médecin dès l’apparition de ces symptômes.

Suite aux fortes précipitations de ces derniers jours, la population est fortement encouragée à redoubler de vigilance et à se protéger, notamment les personnes les plus vulnérables, notamment les enfants.

Pour ce faire, des mesures simples peuvent être prises individuellement et collectivement, notamment :


– Éliminer les zones propices à la reproduction des moustiques (« zones de reproduction ») : eaux stagnantes dans et autour des maisons ou des bâtiments (équipements et jeux d’extérieur, vases, sous-pots, pneus, gouttières, caniveaux, etc.) ;
– Utiliser des répulsifs cutanés efficaces contre les moustiques ;
– Installez des moustiquaires, des diffuseurs d’insectes et des raquettes électriques pour éloigner les insectes (éviter les torsions en raison des risques de fumée et d’incendie).

La lutte contre la dengue est une responsabilité individuelle et collective.



medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *