Voix emblématique des “Jeux de 20 heures” sur FR3 dans les années 70-80, le présentateur Jean-Pierre Descombes est décédé des suites de la maladie de Parkinson. Mais cette maladie neurodégénérative peut-elle à elle seule provoquer la mort des personnes qui en souffrent ?

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative chronique qui affecte principalement les fonctions motrices. Selon l’Inserm, 25 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.

La maladie repose sur la présence de trois symptômes principaux :

  • des tremblements qui touchent 70% des patients. Ils surviennent au repos et touchent principalement les membres supérieurs ;
  • Akinésie : C’est une lenteur dans l’exécution et la coordination des mouvements. Ce symptôme affecte principalement la marche ;
  • hypertonie caractérisée par une forte raideur des membres.

La maladie évolue en plusieurs étapes qui reflètent sa gravité. Elle évolue d’un niveau initial où les symptômes cliniques n’interfèrent pas avec la vie quotidienne (c’est le stade I) jusqu’à un niveau final où l’autonomie est perdue et la marche impossible (stade V).

Une maladie invalidante

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, on ne meurt pas à proprement parler de la maladie de Parkinson. Comme l’explique Parkinson Canada : «la maladie ne réduit pas l’espérance de vie. Cependant, à mesure que l’on vieillit et que la maladie progresse, les risques augmentent. Un mauvais équilibre peut donc entraîner des chutes. Et les problèmes de déglutition, s’ils sont négligés, peuvent dégénérer en pneumonie.“.

C’est ce qu’on appelle une pneumonie par aspiration. Elle est causée par l’aspiration d’aliments qui voyagent dans les voies respiratoires, s’y coincent et provoquent une infection.

C’est pourquoi la maladie de Parkinson nécessite une vigilance et un traitement constants pour conserver la meilleure qualité de vie possible.

medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *