Dans ses premières lignes directrices sur l’abandon du tabac, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande une gamme complète d’interventions, notamment un soutien comportemental de la part des prestataires de soins de santé, des méthodes numériques et des traitements pharmacologiques.

Ces lignes directrices visent à aider plus de 750 millions de personnes dans le monde qui souhaitent arrêter de fumer sous toutes ses formes. Les recommandations s’appliquent à tous les adultes qui souhaitent arrêter de consommer divers produits du tabac, tels que les cigarettes, les narguilés, les produits du tabac sans fumée, les cigares, le tabac à rouler et les produits du tabac chauffés.

« Ces lignes directrices marquent une étape cruciale dans la lutte mondiale contre ces produits dangereux », a déclaré le Dr.R. Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. « Ils donnent aux pays les outils essentiels pour aider efficacement les consommateurs à arrêter de fumer et réduire le fardeau mondial des maladies liées au tabac. »

Plus de 60 % des 1,25 milliard de fumeurs de tabac dans le monde, soit plus de 750 millions de personnes, souhaitent arrêter de fumer, mais 70 % n’ont pas accès à des services efficaces pour arrêter de fumer. Cet écart est dû aux problèmes auxquels sont confrontés les systèmes de santé, et notamment aux limites de leurs ressources.

« Arrêter de fumer est un combat immense qu’il ne faut pas sous-estimer. Nous devons prendre pleinement en compte les efforts que doivent fournir les candidats au sevrage et les souffrances qu’ils doivent endurer avec leurs proches pour vaincre cette dépendance », a déclaré le Dr.R. Rüdiger Krech, directeur de la promotion de la santé à l’OMS. « Ces lignes directrices sont conçues pour aider les communautés et les services publics à fournir la meilleure aide et le meilleur soutien possible aux personnes qui entreprennent ce voyage difficile. »

Des traitements efficaces pour arrêter de fumer

La combinaison d’un traitement médicamenteux avec des interventions comportementales augmente considérablement les chances de réussir à arrêter de fumer. Les pays, en particulier les pays à revenu faible ou intermédiaire, sont encouragés à proposer ces traitements gratuitement ou à prix réduit pour les rendre plus accessibles.

L’OMS recommande la varénicline, les thérapies de remplacement de la nicotine, le bupropion et la cytisine comme aides efficaces au sevrage tabagique.

En 2023, l’OMS a établi un processus de présélection des médicaments contre les troubles liés au tabagisme afin d’élargir l’accès aux médicaments recommandés pour faciliter le sevrage tabagique dans le monde entier. En avril 2024, la gomme et le patch à la nicotine de Kenvue sont devenus les premiers traitements de remplacement de la nicotine à être pré-qualifiés par l’OMS.

L’OMS recommande des interventions comportementales, notamment la fourniture systématique de conseils à court terme (30 secondes à 3 minutes) par des professionnels de la santé en milieu médical, ainsi qu’un soutien comportemental plus intensif (coaching individuel, de groupe ou téléphonique) pour les consommateurs intéressés. En outre, les interventions numériques telles que les SMS, les applications pour smartphone et les programmes Internet peuvent être utilisées comme complément ou comme moyen de prendre soin de soi.

L’OMS encourage les prestataires de soins de santé, les décideurs politiques et les parties prenantes à adopter et mettre en œuvre ces lignes directrices pour promouvoir l’abandon du tabac et améliorer la santé de millions de personnes dans le monde.

medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *