Une étude suisse menée auprès de plus d’un millier de volontaires souhaitant arrêter de fumer vient de conclure que le vapotage est efficace pour arrêter de fumer. Mais cela ne réduit pas la dépendance à la nicotine, conclut également l’étude.


Article réservé aux abonnés

Journaliste au département Société


Temps de lecture : 2 minutes

TOIun nuage de vapeur aux odeurs chimiques et un gargouillis à chaque inhalation rappelant la respiration de Dark Vador… La cigarette électronique et ses équivalents jetables (« puffs ») s’invitent dans le paysage visuel, olfactif et sonore depuis une quinzaine d’années, car controverse. Dans un rapport publié en juin 2022le Conseil supérieur de la santé a (temporairement) médié le débat : si l’e-cigarette est moins nocive que la cigarette qui brûle du tabac et peut aider à s’en débarrasser, mieux vaut quand même ne pas fumer du tout, en l’absence de données concluantes sur toxicité à long terme des e-liquides. Et cela sans prendre en compte les risques de dépendance à l’e-cigarette.



Cet article est réservé aux abonnés

Accès aux informations nationales et internationales vérifiées et décryptées
1€/semaine pendant 4 semaines (sans engagement)

Profitez de cette offre :
  • Accès illimité à tous les éditoriaux, fichiers et rapports
  • Le journal en version numérique (PDF)
  • Confort de lecture avec publicité limitée





medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *