La société de biotechnologie liégeoise PDC*line a obtenu de bons résultats cliniques intermédiaires avec son vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon.

Encourager de nouvelles cliniques pour la biotechnologie liégeoise PDC*ligne Pharma, spécialisé en immuno-oncologie: son candidat vaccin thérapeutique, destiné au traitement du cancer du poumon, a obtenu de premiers résultats positifs lors d’un essai sur l’homme.

Appelé PDC-long-01, ce produit candidat est un vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon « non à petites cellules » (CPNPC), le cancer du poumon le plus fréquent (80 % des cas). Contrairement aux vaccins traditionnels, qui préviennent les maladies, les vaccins thérapeutiques sont conçus pour traiter un cancer déjà présent et réduire sa croissance potentielle. La gamme PDC* cible principalement les cancers aux stades avancés, métastatiques et inopérables, en association avec les traitements anticancéreux existants.

L’essai clinique de phase I/II a été mené dans 17 sites cliniques en France, Belgique, Allemagne, Pays-Bas et Pologne, chez 67 patients, en monothérapie ou en association avec Keytruda de Merck, traitement de référence en première intention.

Les données préliminaires présentées lors de la réunion annuelle de l’Association américaine pour la recherche sur le cancer (AACR) montrent que le vaccin à haute dose, associé à Keytruda, génère une activité immunologique chez la majorité des patients et une réponse antitumorale prometteuse dans le CPNPC, avec un profil d’innocuité modéré. L’analyse finale de l’essai clinique sera réalisée au troisième trimestre 2024.


“Nous avons été sélectionnés pour une présentation orale à l’AACR de San Diego, aux côtés d’autres sociétés telles que BioNTech.”

Érik Halioua

Co-fondateur et PDG de PDC*line Pharma.

“D’après ce qui a été publié, ce sont de très bons résultats“Nous avons été sélectionnés pour une présentation orale à l’AACR de San Diego, aux côtés d’autres sociétés telles que BioNTech.”, se réjouit le PDG et co-fondateur de l’entreprise, Eric Halioua. Mais vous devez toujours être vigilant, car vous êtes évidemment très bon, tant qu’il n’y en a pas d’autres qui soient meilleurs que vous. Ensuite, nous devons confirmer les données intermédiaires, car nous avons présenté 19 patients sur 45. Finalement, nous sommes toujours en phase I/II, c’est donc la prochaine étude, une phase II randomisée, qui sera importante », poursuit-il.

Très bonnes données de sécurité dans l’étude clinique de la lignée PDC*

Ce prochain essai clinique devrait débuter au deuxième trimestre 2025 et recruter environ 200 patients. a déclaré le PDG. Actuellement, PDC*line est la seule entreprise à travailler sur un vaccin thérapeutique de première intention contre le cancer du poumon. En revanche, il existe d’autres approches basées sur différentes modalités thérapeutiques qui sont en développement clinique, comme celles dites « anti-Tigit ».

Cela n’inquiète pas Eric Halioua. « Le cancer du poumon est si courant qu’il y a de la place. De plus, si nous confirmons nos résultats, nous aurons l’avantage d’avoir de très bonnes données de sécurité dans notre essai clinique. Ce n’est pas le cas d’autres, qui entraînent souvent des effets secondaires importants. Plus vous ajoutez de produits exogènes, plus les toxicités s’accumuleront. Avec les approches vaccinales, c’est le système immunitaire lui-même, qui est stimulé, qui va se décomposer et dévorer la tumeur. La sécurité des vaccins contre le cancer est très bonne. Nous constatons également qu’il existe une dynamique significative dans le domaine des soins de santé autour des vaccins contre le cancer.


PDC*line est la seule société travaillant sur un vaccin thérapeutique de première intention contre le cancer du poumon.

La biotech liégeoise, implantée au LégiaPark et comptant 44 salariés, travaille elle-même sur un deuxième projet de vaccin thérapeutique, axé sur le cancer colorectal. Il s’agit d’une initiative qui fait partie du Partenariat d’Innovation pour des Thérapies Innovantes que la Région wallonne a lancé il y a quelques mois. Dans ce projet, PDC*line Pharma s’est associé au spécialiste wallon du séquençage et des biopsies OncoDNA, à l’entreprise technologique salamandreU et aux instituts de recherche UCLouvain-IREC et ULB-BCTL.

« Le vaccin pulmonaire est un vaccin tout fait. Le remède contre le cancer colorectal est la médecine personnalisée., précise encore Eric Halioua. « Nous recherchons des mutations spécifiques dans la tumeur du patient, qui seraient bien plus immunogènes que des mutations générales. Cela signifie que nous prenons la tumeur, la séquençons et identifions les peptides immunogènes, puis les synthétisons pour créer un vaccin personnalisé. Il est évident que ces mesures seront beaucoup plus complexes et coûteuses. Il faudra vraiment qu’il y ait une prestation extrêmement attractive pour justifier les prix de ces produits. »

Le résumé

  • La société de biotechnologie liégeoise PDC*line Pharma obtient de bons résultats cliniques intermédiaires avec son vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon.
  • Si ces résultats se confirment, de nouveaux suivront l’essai clinique devrait commencer au deuxième trimestre 2025.
  • Pour l’instant, gamme PDC* est la seule entreprise à travailler sur un vaccin thérapeutique en première ligne contre le cancer du poumon.
  • La biotech liégeoise travaille sur un deuxième projet de vaccin thérapeutique, axé sur le cancer colorectal.
medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *