Jeudi 30 mai 2024, les députés ont adopté en première lecture un projet de loi communiste pour une prise en charge complète des soins du cancer du sein, à l’exception des remboursements complémentaires, un texte soutenu par le groupe Renaissance malgré les réserves gouvernementales, rapporte leAgence France-Presse (AFP).

Pour être définitivement adopté, il doit être voté par le Sénat dans les mêmes termes.

“Le cancer le plus mortel en France”

« Nous allons envoyer un message fort à toutes les femmes touchées par cette terrible maladie. C’est le cancer le plus mortel que nous ayons en France et celui qui cause le plus de dégâts sur la chair des femmes qui en souffrent.a accueilli et rappelé le rapporteur, Fabien Roussel (PCF). “que 700 000 femmes souffrent de ce cancer”.

Si le cancer du sein est reconnu comme une affection de longue durée (ALD), permettant de prendre en charge 100 % du ticket modérateur par la sécurité sociale, les patientes auront en effet des restes à charge plus ou moins importants selon les situations. leur supplément.

A lire aussi : Cancer du sein : moins d’une femme sur deux a participé au dépistage organisé en France

Le but du texte est le remboursement “tous les soins”inclusif a dit “soutien”, comme une activité physique adaptée, des consultations diététiques ou encore un suivi psychologique. Les prothèses capillaires de toutes catégories et le remplacement des prothèses mammaires peuvent être remboursés. La liste des soins de support est établie par décret après consultation des associations de patients et des professionnels de santé.AFP.

Renaissance craint « une inégalité entre pathologies »

Si le groupe Renaissance a voté en faveur du projet de loi, le ministre de la Santé, Frédéric Valletoux (Horizons), a émis certaines réserves, tout comme la droite, au nom de « l’inégalité créée entre pathologies ».

« Pourquoi une patiente atteinte d’un cancer du sein bénéficierait-elle de conditions de traitement différentes de celles qui s’appliquent à une patiente souffrant d’un cancer du poumon, d’un cancer du côlon ou d’une autre maladie grave ? »a-t-il souligné.

A lire aussi : Cancer du sein : des résultats positifs pour un traitement contre une forme avancée

Débats sur les dépassements de tarifs

Cependant, un amendement déposé par Renaissance en commission excluait les dépassements de remboursement comme indiqué dans le texte original. “Cela inciterait les professionnels à augmenter le nombre et la fréquence des dépassements et c’est le contribuable qui supportera les coûts de cette mesure inflationniste”» a justifié le délégué Renaissance de l’Aveyron et ancien chirurgien, Jean-François Rousset.

La présidente de la commission des Affaires sociales, Charlotte Parmentier-Lecocq, a annoncé son intention de lancer une mission de contrôle des dépassements de remboursement.

medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *