Face aux risques de bronchiolite chez les seniors, la Haute autorité de santé publique recommande jeudi 4 juillet la vaccination des Français les plus âgés avec l’un des deux vaccins disponibles contre le principal virus à l’origine de cette infection.

>> L’épidémie de bronchiolite a démarré en France

>> L’épidémie de bronchiolite continue de se développer en France

>> Grippe et COVID-19 : la tendance s’accentue en France

Face aux risques de bronchiolite chez les seniors, la Haute autorité de santé publique recommande de vacciner les Français âgés avec l’un des deux vaccins disponibles.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est connu comme l’une des principales causes de bronchiolite chez les nourrissons et peut également entraîner de graves complications, voire la mort, chez les personnes âgées.

Jusqu’à présent, il n’existait aucun traitement contre les infections respiratoires à RSV, mais deux vaccins ont récemment reçu une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour les seniors : Arexvy (GSK) et Abrysvo (Pfizer).

Après évaluation, la HAS « recommande de vacciner les personnes âgées de 75 ans et plus avec l’un de ces vaccins, ainsi que les personnes âgées de 65 ans et plus atteintes de pathologies respiratoires ou cardiaques chroniques »a déclaré un communiqué de presse.

Si le ministre de la Santé suit – aujourd’hui ou à l’avenir – la recommandation de la HAS, comme c’est habituellement le cas, ces vaccinations pourront être prises en charge par l’assurance maladie. Les 75 ans et plus le font “particulièrement vulnérable” confronté au RSV, a expliqué l’autorité sanitaire.

En France, lors de la saison hivernale 2022-2023, cette catégorie représentait 61 % des hospitalisations et 78 % des décès dus au VRS. Et des études menées au Royaume-Uni et aux États-Unis ont montré l’importance de ce virus comme cause de morbidité et de mortalité chez les personnes de plus de 75 ans, indépendamment des facteurs de risque, a indiqué l’autorité sanitaire.

Quant aux personnes âgées de 65 ans et plus, la vaccination n’est recommandée qu’aux personnes atteintes de pathologies respiratoires chroniques (notamment la bronchopneumopathie chronique obstructive, BPCO) ou de pathologies cardiaques chroniques (notamment l’insuffisance cardiaque). « susceptible de s’aggraver en cas d’infection par le RSV ».

La HAS a pris en compte les données sur l’efficacité des deux vaccins sur les infections des voies respiratoires basses chez les personnes âgées de 60 ans et plus, qui notamment «ont montré une réduction de ces infections de 83 % pour Arexvy et de 67 à 86 % pour Abrysvo, selon le critère retenu (2 ou 3 symptômes). Elle était également basée sur les données disponibles en matière de sécurité et de tolérance.

La HAS réévaluera sa recommandation une fois certaines données consolidées, concernant l’efficacité réelle de ces vaccins sur les hospitalisations et les décès dus aux infections par le RSV, le bénéfice attendu dans d’autres populations, notamment chez les patients immunodéprimés, et la pharmacovigilance.

Fin septembre dernier, plusieurs dizaines de médecins réclamaient que ce vaccin soit rapidement disponible.

Face aux critiques sur la lenteur de l’évaluation de certains vaccins, comme celui contre l’infection par le RSV chez les seniors, la HAS s’était opposée aux délais nécessaires à ses recommandations rigoureuses.

AFP/VNA/CVN

medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *