Le paludisme se propage jusqu’aux côtes guyanaises. Bien que la maladie se rencontre généralement à l’intérieur des terres, des cas ont également été enregistrés à Matoury et Macouria ces dernières semaines. En novembre et décembre 2023, le nombre de malades dans la zone a explosé.

Au cours de la dernière semaine de décembre 2023, 30 cas de paludisme (également appelé paludisme) ont été signalés en Guyane. Comme beaucoup ont été enregistrés au cours de la première semaine de janvier 2024, soit une soixantaine de cas en seulement deux semaines.

Durant toute l’année dernière (2023), 342 cas de paludisme ont été diagnostiqués en Guyane. Une nette augmentation a été observée en novembre et décembre. C’est durant cette courte période que 67% des cas annuels ont été enregistrés.

À titre de comparaison, 51 cas de paludisme ont été enregistrés en Guyane en 2022.

Plusieurs foyers ont été identifiés dans la région. Il faut distinguer le lieu de contamination et le lieu de résidence du patient, souligne le professeur Francky Mubenga, responsable de la veille sanitaire à l’ARS. L’emplacement présumé de la contamination est particulièrement important. Selon les données collectées en fin d’année, les foyers observés se sont produits sur :

  • Saint-Georges de l’Oyapock
  • Régina
  • Roura, notamment dans le village de Cacao
  • Matoury (notamment à Stoupan et dans le village de Sainte-Rose de Lima)
  • Montsinery
  • Macouria

Chaque fois qu’il y a eu des cas, notamment des épidémies, des mesures de contrôle ont été déployées. Certaines actions sont prévues début 2024», annonce le professeur.

Francky Mubenga rappelle les bons gestes :

Protégez-vous bien contre les moustiques en utilisant des insectifuges, des moustiquaires, en portant des vêtements longs et en éliminant l’eau stagnante. Si vous êtes malade et qu’on vous demande de vous protéger des moustiques, faites-le parce que vous vous protégez ainsi que vos proches.

En effet, “le moustique, lorsqu’il se promène, pique la personne malade, au stade contagieux, et pique d’autres personnes en bonne santé et continue d’infecter d’autres personnes” explique le professeur.

L’Agence régionale de santé de Guyane évalue actuellement les cartes de risques avec les parties prenantes sur le terrain. La dernière mise à jour date d’octobre 2023 et les risques élevés se situaient principalement à l’intérieur des terres.


La dernière carte des risques de paludisme en Guyane




medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *