Cinq ans après une greffe de cellules souches, Paul Edmonds, un Californien de 68 ans, n’a plus aucune trace du VIH ni de la leucémie dont il souffrait. Il est en rémission des deux maladies.

Connu comme ” patient de la Cité de l’Espoir », son cas clinique a été décrit dans le Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre [1].

Cellules souches avec une mutation génétique rare

Après avoir vécu avec le VIH depuis 1988, Paul Edmonds a reçu un diagnostic de leucémie myéloïde aiguë (LAM) en 2018. Il suivait un traitement antirétroviral contre le VIH depuis 1997, ce qui a réduit sa charge virale à des niveaux « indétectable ».

En novembre 2018, Paul Edmonds a commencé une chimiothérapie à intensité réduite. Il lui a fallu trois cycles pour obtenir une rémission, survenue à la mi-janvier 2019.

Le 6 février 2019, le patient a bénéficié d’une greffe de cellules souches pour remplacer les cellules endommagées par la chimiothérapie. Il a ensuite reçu des cellules souches présentant une mutation génétique rare, CCR5Δ32. Cette mutation rend les personnes qui en sont porteuses résistantes au VIH. Le VIH utilise le récepteur CCR5, situé sur les cellules immunitaires CD4+, pour envahir et attaquer le système immunitaire, mais la mutation CCR5 bloque cette voie et empêche le virus de se répliquer.

Paul Edmonds a eu peu d’effets secondaires. Depuis sa greffe, il ne présente plus de signes de leucémie ou de VIH.

Le patient le plus âgé

En mars 2021, le patient arrête ses traitements antirétroviraux. Aucun VIH n’a été détecté lors de ses analyses.

L’équipe médicale qui l’a suivi affirme qu’il a été officiellement guéri du cancer et qu’il lui faudra encore deux ans avant d’être déclaré guéri du VIH.

Paul Edmonds est le cinquième patient au monde à être en rémission de sa leucémie myéloïde aiguë et du VIH, après avoir bénéficié d’une greffe de cellules souches (voir Greffe de cellules souches et VIH : un troisième patient en rémission). Il est le plus âgé à y parvenir, mais aussi celui qui est séropositif depuis le plus longtemps.

« « Patient de City of Hope » montre qu’il est possible d’obtenir une rémission du VIH même à un âge avancé et après de nombreuses années de vie avec le VIH » explique le Dr. Jana Dickter, responsable clinique du service des maladies infectieuses de City of Hope. Son cas démontre en outre qu’un « La rémission peut être obtenue avec un régime d’intensité inférieure à celui du traitement reçu par les quatre autres patients. [précédents] ».

Nouvelles chansons

Dr. Stephen Forman, professeur au Département d’hématologie et de transplantation de cellules hématopoïétiques, affirme que l’hôpital n’a pas l’intention de s’arrêter là. ” Nos chercheurs travaillent (..) à créer des cellules souches porteuses de la mutation génétique qui les rend naturellement résistantes au VIH ” il continue.

Les chercheurs de City of Hope ont également produit des cellules CAR-T capables de combattre les cellules infectées par le VIH et « garder le virus sous contrôle » dans le cadre de recherches précliniques (voir CAR-T : un essai clinique pour traiter le VIH). Un essai clinique de thérapie cellulaire CAR T, qui permet aux patients séropositifs d’arrêter de prendre des médicaments antirétroviraux, devrait démarrer prochainement.

Aux États-Unis, trois patients séropositifs ont également été traités par CRISPR-Cas9 (voir VIH : un premier patient traité par CRISPR). Les premières études suggèrent que CRISPR peut couper efficacement des parties de l’ADN du virus dans les cellules humaines. Suite à l’essai clinique, de nouvelles données sur l’efficacité du traitement sont attendues cette année.

[1] Rémission du VIH-1 après transplantation allogénique de cellules hématopoïétiques, N Engl J Med 2024 ; 390 : 669-671 DOI : 10.1056/NEJMc2312556

Sources : Daily Mail, Caitlin Tilley (26/02/2024) ; CP du Stad van de Hoop (20/02/2024) – Photo : iStock



medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *