Lorsqu’un prestataire de soins découvre un cas de dengue, de chikungunya ou de Zika, il le signale à l’Agence Régionale de Santé (ARS) via le système des maladies à déclaration obligatoire (MDO). Une enquête épidémiologique est ensuite réalisée par l’ARS pour identifier les lieux que fréquente le patient pendant sa période de virémie (période contagieuse pendant laquelle la personne peut transmettre le virus à un moustique lors d’une piqûre).

C’est à cette occasion qu’une chaîne de transmission épidémique peut se mettre en branle : la personne porteuse du virus est piquée par un moustique tigre qui, s’il est infecté, peut alors contaminer une autre personne en la piquant.

Virémie chez l'homme (période pendant laquelle le moustique peut s'infecter lors d'une piqûre) : environ 1 semaine.  Incubation chez le moustique (durée pendant laquelle le moustique infecté peut transmettre la maladie) : environ 1 semaine.  Incubation chez l'homme (délai avant l'apparition des symptômes après la piqûre d'un moustique infecté) : environ 1 semaine

Pour limiter ce risque de transmission, l’ARS mobilise alors son opérateur (actuellement INOVALYS ou son sous-traitant LEAV en Vendée) pour rechercher la présence éventuelle de moustiques tigres dans les lieux très fréquentés où un risque est identifié.

Actuellement, en l’absence de vaccin et de traitement spécifique contre ces maladies, la lutte contre le moustique tigre reste le moyen d’action le plus important. Cette lutte implique la suppression mécanique des gîtes larvaires spécifiques à cette espèce et, si nécessaire, l’utilisation d’un traitement insecticide contre les adultes (insecticide spécifique au stade adulte, laissant les trois autres stades (œuf, larve, nymphe) ne soit pas éliminé).

Il s’agit d’empêcher les moustiques tigres existants de piquer la personne malade et de transmettre la maladie à d’autres personnes à proximité.

medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *