Le Club Soroptimist d’Agen organise une conférence sur les maladies cardiovasculaires chez la femme, principale cause de décès, le samedi 27 janvier, dans la Salle Canal de l’annexe de la Mairie d’Agen.

Le Soroptimist est un club de femmes présidé par Laurence Maïoroff à Agen. Des bénévoles organisent une conférence grand public gratuite le samedi 27 janvier à partir de 14h dans la salle Canal de la mairie d’Agen pour prévenir les maladies cardiovasculaires chez la femme. Ils se sont entourés de professionnels et spécialistes dans ce domaine, parmi lesquels des médecins, une infirmière, une formatrice en nutrition santé et un coach sportif.*

Soroptimist est une ONG indépendante et neutre qui défend la cause des femmes et des filles à travers le monde et œuvre dans cinq domaines d’action : l’éducation, l’autonomie financière et le leadership, l’environnement et le développement durable, la violence contre les femmes et la santé.
Soroptimist International France a lancé une campagne de sensibilisation sur les maladies cardiovasculaires chez les femmes pour lutter contre le taux de mortalité chez les femmes qui peut être réduit. Le slogan de la campagne est « Ensemble pour le cœur des femmes », dont les principaux objectifs sont de sensibiliser à l’urgence médicale des femmes, notamment celles qui ne se sentent pas concernées, qui ne s’écoutent pas, qui s’oublient. sensibilisation aux symptômes et aux risques des maladies cardiovasculaires chez les patientes et information sur les actions à adopter pour agir rapidement.

Première cause de décès chez les femmes

Les maladies cardiovasculaires (accidents vasculaires cérébraux, infarctus du myocarde) constituent la première cause de décès chez les femmes et sont souvent sous-estimées et traitées trop tard. Il est alarmant aujourd’hui que 200 femmes meurent chaque jour de maladies cardiovasculaires en France, et 25 000 dans le monde. Les pathologies cardiovasculaires tuent 6 fois plus de femmes que le cancer du sein. Le nombre de crises cardiaques chez les jeunes femmes est en augmentation.
Les maladies cardiovasculaires chez les femmes passent souvent inaperçues car les symptômes diffèrent de ceux des hommes. 74% des femmes ne considèrent pas les maladies cardiovasculaires comme la première cause de mortalité féminine (le cancer arrive en première position pour 63% d’entre elles). 55 % des femmes pensent que les maladies cardiovasculaires touchent principalement les personnes de plus de 50 ans, alors que le risque augmente chez les personnes de plus de 50 ans.

« C’est d’autant plus urgent que les modes de vie des femmes ont changé, explique le Dr Mouysset, cardiologue à la clinique, avec le stress et le tabagisme qu’on ne voyait plus il y a 50 ans, la consommation d’alcool, les traitements hormonaux, mais aussi la tension mentale : en Outre le pronostic potentiellement mortel, elle peut également entraîner une incapacité fonctionnelle.

Par ailleurs, le cardiologue constate que les femmes ne suivent pas systématiquement un programme de rééducation dans un centre spécialisé après un accident cardiaque, car elles sont trop absorbées par leur vie familiale dans les familles monoparentales plus habituelles.

L’hyperactivité et le manque de loisirs sont autant de facteurs de risque avec l’hypercholestérolémie, l’hyperglycémie, les facteurs héréditaires, la cigarette, l’obésité, etc. « L’idée est de sensibiliser aux symptômes et aux risques, sans alarmer l’opinion publique.

Les hommes invités à le découvrir aussi

Les hommes sont également invités à cette conférence pour mieux comprendre les premiers signes d’insuffisance cardiaque chez leur partenaire, savoir identifier un accident vasculaire cérébral ou reconnaître les signes avant-coureurs comme un accident ischémique transitoire. Il est d’autant plus honteux de ne pas être suivi ou de ne pas contacter un médecin, un cardiologue ou même les urgences, alors qu’on sait qu’il existe des traitements médicamenteux et interventionnels de plus en plus efficaces », souligne le Dr Mouysset. Enfin, la conférence abordera la prévention des facteurs de risque, comme l’activité physique, une alimentation équilibrée, arrêter les excès et commencer à se détendre.

Adopter de saines habitudes de vie, gérer le stress, surveiller la tension artérielle (causée par un accident vasculaire cérébral), le taux de cholestérol et prendre régulièrement des médicaments si nécessaire sont les gestes recommandés.

Un large public est attendu.

Parmi les intervenants : *Dr. Bernard Mouysset, cardiologue, Dr. François Rodriguez, cardiologue, Dr. Mathieu Rayssac, médecin généraliste, Dr. Muriel Cazals, gynécologue, Esther Charbonnaud, infirmière de bloc opératoire, Valérie Sieurac, formatrice en nutrition santé et Elodie Cour, coach d’athlétisme.

medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *