Idées fausses sur la contagiosité du zona

Une enquête récente de l’Armée a révélé qu’il existe un manque important de connaissances sur le zona chez les Canadiens âgés de 50 ans et plus, même s’ils possèdent eux-mêmes un niveau élevé de connaissances sur la maladie. Seulement 9 % des personnes interrogées ont une compréhension raisonnable des conséquences du zona, tandis que 72 % sous-estiment significativement leur risque d’en être atteint, ou déclarent ignorer totalement ce risque. Ce manque de sensibilisation est préoccupant étant donné que le risque de développer un zona augmente avec l’âge, une réalité inconnue de 49 % des répondants. De plus, 41 % des participants croient à tort qu’ils peuvent contracter le zona d’une personne atteinte de zona, révélant ainsi une incompréhension sur la façon dont cette maladie se transmet.

Le zona, également appelé herpès zoster, est une réactivation du virus varicelle-zona, resté inactif dans les cellules nerveuses après une première infection par la varicelle. Cette réactivation peut se manifester par une éruption cutanée douloureuse, accompagnée de cloques, et entraîner des complications telles qu’une névralgie postherpétique (PHN), une douleur nerveuse persistante. Près d’un tiers des personnes de plus de 50 ans sont susceptibles de développer un zona au cours de leur vie, une statistique que moins de 10 % des personnes interrogées semblent bien comprendre.

Marni Freeman, directrice médicale nationale chez GSK Canada, souligne l’importance de sensibiliser davantage les personnes âgées au zona afin de réduire le fardeau de cette maladie et son impact sur les individus, leurs familles et le système de santé. Le vieillissement du système immunitaire, qui réduit sa capacité à combattre les infections et augmente donc le risque de zona, est un phénomène naturel méconnu de la moitié des personnes interrogées.

Les idées fausses sur la contagiosité du zona sont également très répandues, les deux tiers des personnes interrogées pensant que le zona est plus ou moins contagieux. En réalité, vous ne pouvez pas contracter le zona au contact d’une personne atteinte du zona ou de la varicelle. Démystifier ces croyances est crucial pour une meilleure compréhension et prévention du zona.

Malgré l’existence de moyens efficaces de prévention du zona, 19 % des Canadiens âgés de 50 ans et plus croient qu’il n’existe aucun moyen de prévention efficace, et plus de la moitié n’ont pas eu de zona au cours des cinq dernières années avec un professionnel de la santé dont ils ont discuté. GSK encourage une communication ouverte entre les patients et les professionnels de la santé sur le zona et sa prévention.

Cette recherche met en évidence le besoin crucial d’information et de sensibilisation au sujet du zona et de ses risques parmi la population canadienne âgée de 50 ans et plus. Une meilleure compréhension du zona peut conduire à une prévention plus efficace et à une réduction du fardeau de cette maladie sur les individus et la société dans son ensemble.

Source : GSK Canada – communiqué de presse, 20 février 2024.

Publication Indice Santé : 20-02-2024

Nombre de visites depuis la publication : 45

Lire la suite de l’Indice Santé :

medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *