Notre cerveau est un maître de la cognition, capable d’effectuer plusieurs tâches sans effort visible. Cette étonnante capacité s’appuie sur une classe de neurones appelés « neurones à sélectivité mixte », qui agissent comme des chefs d’orchestre et orchestrent plusieurs fonctions simultanément.

Les neurones à sélectivité mixte peuvent intégrer différents types d’informations et participer à plusieurs calculs. Les chercheurs en neurosciences tentent depuis longtemps de comprendre comment notre cerveau parvient à une telle flexibilité cognitive. Dans une étude publiée dans Cellule nerveuseune équipe a exploré cette question en profondeur et a révélé que les neurones à sélectivité mixte sont cruciaux pour intégrer les informations nécessaires sans être submergés par des détails superflus.

Earl K. Miller, co-auteur de l’étude et professeur au Picower Institute for Learning and Memory du MIT, explique que cette capacité des neurones à effectuer plusieurs calculs simultanément est essentielle pour une cognition flexible. Ces neurones, selon Miller, portent « plusieurs chapeaux », permettant à notre cerveau de créer un espace de représentation aussi complexe que nécessaire.

L’idée de sélectivité mixte est apparue en 2000, lorsque des chercheurs ont observé que de nombreux neurones du cortex préfrontal étaient impliqués dans le tri des catégories d’images. Cette découverte a montré que les neurones peuvent être flexibles et participer à plusieurs calculs.

Les mécanismes par lesquels les neurones sont recrutés pour des tâches spécifiques ne sont que partiellement compris. L’étude récente identifie des formes de sélectivité mixte et explique comment les oscillations cérébrales et les neuromodulateurs, tels que la sérotonine et la dopamine, recrutent des neurones dans des ensembles informatiques.

Comprendre la sélectivité mixte est crucial pour comprendre le fonctionnement de la cognition. Les chercheurs concluent que cette propriété est omniprésente dans toutes les espèces et fonctions, depuis les processus cognitifs élevés jusqu’aux processus sensorimoteurs automatiques, soulignant son rôle fondamental dans la puissance de traitement du cerveau.

medimax

By medimax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *